Bullitt (2/2) : Rapatriée aux États-Unis après cinq décennies !

Une course poursuite de plus de dix minutes dans les rues de San Francisco opposant une Ford Mustang 390 GT et une Dodge Charger 440 R/T, ça vous dit quelque chose ? Effectivement, c’est bien le lieutenant Frank Bullitt (Steve McQueen) au volant de son fastback 68 qui tente de rattraper les deux assassins du film éponyme.

Durant le tournage, les acteurs ont parcouru les rues de San Francisco en dépassant parfois les 100 miles par heures (160 km/h) ! Pour réaliser l’ensemble des scènes de la Mustang, ce sont deux voitures identiques qui ont été préparées par Max Balchowski (ancien pilote et constructeur de voiture) durant le tournage. Toutes deux étaient de couleur « Highland Green », en carrosserie fastback et étaient pourvues du pack GT sport avec un moteur 390 ci et un carburateur 4V.

  • la première (VIN 8R02S125559) a été utilisée pour les prises de vues standards montrant la Mustang sans scènes d’action particulières.
  • la seconde (VIN 8R02S125558) était destinée aux scènes de cascade et mise en pièces à la fin du film. Elle a été remise en état mais laissée finalement dans une casse peu de temps après le tournage.

Cet article traite de la seconde voiture (8R02S125558). Pour lire le billet sur la première Bullitt (8R02S125559), rendez-vous ici.

 

La Bullitt 8R02S125558 finalement retrouvée… au Mexique !

Le 28 février dernier, Fede Garza, un membre du forum Vintage Mustang déclare qu’il a retrouvé la trace de 8R02S125558. Ce véhicule n’avait pas donné « signe de vie » depuis presque cinquante ans. Cette dernière porterait effectivement le VIN (Vehicule Identification Number) 8R02S125558. Elle serait au Mexique. D’après ses dires, un ami a lui, Hugo Sanchez, restaurateur de véhicules anciens, comptait transformer cette Mustang en Eleanore. Il s’agit d’une voiture inspirée du film « Gone in 60 seconds » de 2000 avec Nicolas Cage et Angélina Jolie. C’est alors qu’il réalise les caractéristiques si particulières de l’auto. Ironique, n’est-ce pas ? Lorsque Sanchez, co-propriétaire de ce fastback avec Ralph Garcia Junior (propriétaire de l’établissement qui devait réalisé la transformation), a découvert le VIN, il a compris qu’il allait faire une grosse erreur. En effet, le VIN correspond à celui du fastback disparu.

En plus du VIN, d’autres éléments sur la voiture montrent qu’il s’agit bien du Graal :

  • des tours de suspension (shock towers) renforcées,
  • un essieu arrière customisé de 9 pouces (provenant d’une Mustang ’67),
  • des trous dans le coffre qui correspondraient sans doute à un support permettant d’accueillir un générateur.
De gauche à droite : Ralph Garcia Junior, Kevin Marti et Hugo Sanchez
De gauche à droite : Ralph Garcia Junior, Kevin Marti et Hugo Sanchez

 

Authentifiée par Kevin Marti

Selon Garza, cette Mustang se trouvaient depuis deux ou trois décennies à Los Cabos, municipalité mexicaine située à la pointe sud de la péninsule de Basse-Californie (Mexique).

Kevin Marti est un expert Ford reconnu et il est le détenteur exclusif d’une licence lui permet de commercialiser les rapports (Marti reports) concernant les voitures de la marque produites entre 1967 et 2012. Il s’est lui-même rendu sur les lieux le vendredi 3 mars pour examiner la Mustang et donner son verdict. Il a affirmé qu’il n’y avait pas de doute : “I’m 100 percent sure it’s authentic”. En novembre dernier, Marti avait été alerté puisque le Marti Report de cette voiture avait été commandé. D’après les couches de peintures sur la carrosserie, on peut aisément imaginer que celle-ci a eu plusieurs vies depuis le tournage.

 

La destinée de cette Bullitt

Aujourd’hui, la réparation de la voiture a commencé ; elle a même été présentée chez le concessionnaire Ford de Mexicali.  Bien que les propriétaires de ce fastback exceptionnel aient déjà reçu plusieurs offres de particuliers, Garcia a annoncé qu’ils ne souhaitaient pas le vendre : “It’s been a blessing for me and my partner”,  “we have a lot of plans for it.”Aux enchères, cette Mustang pourrait atteindre le million de dollars selon Ken Gross, historien de voitures et ancien consultant de Petersen Automotive Museum. Il ajoute également que cette auto pourrait figurer sur la liste du Top 10 des voitures disparues les plus désirées de l’Histoire : “This is certainly on the list of top 10 list of most desirable missing cars”.

D’après Garza, la Mustang doit être envoyée aux États-Unis pour une restauration totale et ainsi pouvoir s’offrir une nouvelle jeunesse pour les 50 ans du film Bullitt qui auront lieu l’année prochaine, en 2018. Il paraîtrait d’ailleurs que Ford travaille à une version spéciale de la Mustang annuelle pour l’occasion…

 

Une photo de la Mustang dans la casse...
Une photo de la Mustang dans la casse…
Chez le concessionnaire Ford local.
Chez le concessionnaire Ford local.
Elle arbore de nouveau son ancienne plaque californienne
Elle arbore de nouveau son ancienne plaque californienne
Steve McQueen aux commandes de la Bullitt retrouvée
Steve McQueen aux commandes de la Bullitt retrouvée
Sur les hauteurs de San Francisco
Sur les hauteurs de San Francisco

Sources :

Vous aimerez aussi...

5 commentaires

  1. Bonjour, je me permets d’écrire un commentaire car j’ai un doute sur le bien fondé de cette découverte…
    Je me base sur 2 détails, mais je peux me tromper et je serai ravi que quelqu’un me démontre mon erreur !

    On nous présente la pièce correspondant à la jupe arrière (blanche, mais ça ok je veux bien me dire qu’elle a été repeinte entre temps) comme étant la pièce originale qui a été abîmé pendant le tournage et qui a servi à authentifier la voiture : cette jupe possède les orifices qui accueillaient les feux de recul de la voiture ainsi que les découpes spécifiques aux 390 GT de l’époque, qui laissaient passer les doubles sorties d’échappements.

    Hors, si on visionne la scène de poursuite image par image, à tout moment on peut se rendre compte que la jupe arrière est totalement dépourvue d’orifices, de découpes et même de feux de recul ! Donc comment cette pièce blanche retrouvée au Mexique en mars peut être d’origine sur la voiture de cascade ?!

    2e détail qui me gêne : on nous dit dans tous les articles que ces voitures utilisées pour les scènes du film étaient des 390 GT. Ces voitures étaient censées être dotées d’un pont autobloquant, donc pourquoi lors du « burn » (en marche avant je précise) de Steve Mc Queen, il n’y a que la roue arrière droite qui patine et qui fume tout en laissant une belle trace de gomme brulée au sol !

    Les jupes arrières accueillant les doubles sorties d’échappements – et donc les découpes – n’étaient réservées qu’aux GT en 390, les autres modèles avec des moteurs plus petits (289 – 302) étaient pourvus de jupes simples sans découpes avec l’échappement qui sortait au dessous, comme on le voit dans le film… Même si les Mustangs du tournage étaient préparées pour les cascades, pourquoi changer la jupe arrière et faire sortir les échappements au dessous, sachant qu’ils risquaient encore plus de taper au sol pendant les sauts.

    J’émets l’hypothèse que les voitures utilisées dans le film n’étaient pas à la base des 390 mais des 289 (début d’année 1968), ou tout du moins 1 de ces voitures. Elles ont été modifiées, préparées pour encaisser les cascades, mais si le moteur a été changé pour être plus performant, ils ont laissé des pièces qui montrent les origines de ces voitures

    Ces faits sont aisément vérifiables en regardant la scène du film et en faisant les arrêts sur image au bons moments.
    Merci de m’avoir lu, et je serais heureux d’avoir votre avis.

    Philippe

    1. Bonjour Philippe, c’est un commentaire tout à fait intéressant. Je vais essayer de me renseigner et si des lecteurs ont des réponses, je serai également heureux d’en prendre connaissance !

    2. en fait a l’origine c’etait une mustang de base avec un 302 cette mustang a étée equipée par la suite d’un moteur plus performant le 390 renforcement de s tourelles d’amortisseurs pour le pont je ne sais pas cela peut expliquer ton questionnement a propos de la jupe arriere !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *