Damien et son cab’ 65 d’Auto Moto

Damien et son cab’ 65 d’Auto Moto

Avez-vous déjà eu des rêves que vous remettez systématiquement au lendemain ? Vous ont-ils déjà rattrapés ? Quelles sensations avez-vous ressenti ? Eh bien Damien peut vous en parler puisque c’est l’heureux gagnant d’un jeu-concours sur TF1…

Un vieux rêve ressurgit…

Depuis toujours, Damien rêve de posséder une auto ancienne, américaine. Et pourquoi pas une Ford Mustang ? L’idée lui traverse l’esprit mais il la rejette systématiquement. Il n’est pas mécano, l’entretien risque de lui prendre du temps et puis ça reste un investissement… Notre ami a déjà possédé une 2cv et une Golf IV cabriolet. Éventuellement, un jour, Damien se trouvera une décapotable 4 places sans travaux à prévoir : il aime cette sensation de liberté, se sentir en communion avec la nature, les cheveux au vent. 

Un jeu de hasard

Nous sommes un certain dimanche 22 octobre 2017. La journée commence plutôt bien : Damien fait la grasse matinée, profite d’un petit-déjeuner au lit puis passe un peu de temps devant son poste de télévision. Il est 10h10 et l’une de ses émissions préférées, Auto Moto, commence. Cette semaine est consacrée à l’évènement Automédon qui vient de se tenir au Parc des Expos du Bourget. D’ailleurs, sa chanson préférée du moment est diffusée durant l’émission : « Feel It Still », du groupe Portugal. The Man. Finalement, l’animateur Jean-Pierre Gagick annonce aux téléspectateurs qu’ils ont la possibilité de gagner une Ford Mustang ! Pour cela, il suffit de répondre par SMS à la question suivante : “En quelle année fut construite la première Mustang ?”.

Ne jouant jamais, Damien décide pourtant aujourd’hui de faire exception à la règle et de tenter sa chance. « Pfff, ça ne sert à rien ! » lui lance alors sa femme. Et voilà, deux fois 0,75 euros sont débités de son forfait téléphonique. L’émission se termine, le téléphone sonne : « Allô, c’est Jean-Pierre Gagick à l’appareil… ».

De l’attente…

Damien a besoin de quelques secondes pour réaliser ce qu’il se passe. Lorsqu’il comprend enfin qu’il est l’heureux gagnant de la Ford Mustang, il explose de joie. Cette auto est pour lui ! Dans la foulée, l’huissier le rappelle pour lui confirmer sa victoire, ainsi que le directeur des jeux de TF1. La Mustang présentée à l’émission est déjà vendue mais ils en ont une autre en vue pour le jeu. Du coup ça risque de prendre un peu de temps, la voiture étant aux Etats-Unis (en Alabama). C’est un modèle de 1965 de couleur bleu ciel en boite mécanique 4 rapports et… c’est un convertible !! (souvenez-vous, les cheveux au vent, n’était-ce pas ce dont rêvait Damien ?). Il s’agit d’un clone GT avec la calandre antibrouillards et le double échappement à l’arrière Le carburateur est un 4 corps. Idéalement, Damien la recevra pour son anniversaire le 10 décembre… ou peut-être pour Noël ?

… à son arrivée en Europe !

Finalement, elle ne part du port de New-York que mi-décembre pour arriver le 13 janvier 2018 au Havre. Le 22, elle rejoint le garage choisi par TF1 (Classic Affairs) à Arbonne-la-Forêt, à côté de Fontainebleau. Une révision complète est effectuée avec, notamment :

  • remplacement des cylindres de roues arrière et des flexibles
  • remplacement d’une rotule supérieure et des roulements de roues avant
  • remplacement du renvoi de tringlerie de direction 
  • vidange de tous les fluides et changement des bougies

Damien décide de faire une surprise à ses deux garçons de 13 et 15 ans en leur cachant sa victoire au jeu de TF1. Il est extrêmement difficile de garder un tel secret ; seuls ses amis proches et sa famille sont mis au courant, en dehors de ses fils. Trois mois et demi durant lesquels notre ami ne pense qu’à ça, se voyant déjà au volant de sa belle qui prend son temps pour le rejoindre.

C’est durant les vacances de février (le 12 plus précisément) que Damien demande à ses enfants de l’accompagner, en train, à Fontainebleau. Le plus jeune de ses deux garçons a malheureusement un empêchement et Damien a déjà réservé les billets de train et l’hôtel.

Arrivé avec son premier fils, le propriétaire du garage (Eric Fournier, plutôt connu dans le monde de la Mustang) l’accueille et peut constater l’impatience grandissante de l’heureux gagnant. Dans le garage, le fils de Damien se demande toujours ce qu’il fait ici, la belle étant gardée sous bâche… Eric la découvre et le rêve prend forme pour Damien. Il embrasse le capot. Son fils, étonné, commence à comprendre qu’ils vont faire un tour de Mustang, sans vraiment avoir conscience que cette voiture est désormais celle de son père !

Son histoire ?

Damien ne possède pas de véritable historique au sujet de la voiture. Dans le cendrier, il trouve un badge du Mustang Club of America avec le nom de l’ancien propriétaire, un certain Mark Gammell.

Le code VIN et la data plate confirment qu’il s’agit bien d’un cabriolet 65 de couleur Silver Blue avec le Pony Interior, sorti de l’usine de Dearborn (Michigan) le 2 juillet 1965 et destiné à une concession de Charlotte (Caroline du Nord, USA). Le code C indique un carburateur 2 corps qui a été remplacé par la suite par un 4 corps. Sa boîte manuelle 4 vitesses est accompagnée d’un pont standard 2:80.

Première impressions… et premiers réglages

Tandis que Damien fait le tour de la voiture en caressant ses courbes, Eric lui lance : “Pas mal pour 1,5 euros !”. Le fils de notre ami comprend alors que son père est l’heureux gagnant d’un jeu ! L’émotion est alors à son comble !

Malheureusement, la voiture ne peut pas repartir le lendemain comme prévu. Il reste encore un flexible à changer, mais celui-ci est dans un colis, bloqué quelque part en raison d’importantes tempêtes de neige… Damien est décidé : il attendra deux ou trois jours si nécessaire, mais il repartira avec sa Mustang pour les 600 kilomètres qui le séparent de son domicile ! Hélas, le lendemain, toujours rien… Damien a pourtant pris soin de trouver une assurance qui lui permette d’assurer l’auto en plaques américaines, avec une assistance sans limitation de kilomètres en cas de panne. Il était également entré en contact avec un garage spécialisé en anciennes proche de chez lui, où il aurait pu faire rapatrier l’auto… 

C’est finalement le surlendemain, jour de la St Valentin (hasard ?), que la pièce tant attendue arrive à destination. La voiture est prête à midi et nos amis prennent alors la route.  Au premier plein, le compteur affiche 13 694 miles (22 000 kilomètres). Si nous ne sommes pas sûr du mileage affiché (le compteur a peut-être fait une ou plusieurs fois le tour…), le moteur est très bien entretenu. Seulement voilà, lorsque Damien effectue son premier freinage à l’approche d’un passage pour piétons, il prend peur ! Les roues se bloquent, les pneus crissent… Il prend alors contact avec le garage en expliquant que c’est dangereux ; on lui répond alors qu’il faut rouler pour fiabiliser la voiture. Damien espère ne pas avoir à faire des freinages d’urgence, d’autant que les quatre freins à tambours semblent ne pas répondre efficacement…

Après 200 kilomètres de roulage, deuxième frayeur : la jauge d’essence se met à descendre d’un coup. Une consommation qui paraît excessive à Damien. Il s’arrête alors à la première station et fait le plein… avec 30 litres ! La jauge n’est donc pas fiable. Il va donc faire le plein tous les 150 – 200 kilomètres pour éviter les mauvaises surprises. Après coup, il comprend que la jauge s’était déconnecté du réservoir en raison des vibrations de la voiture. Il a suffit de la rebrancher et dès le lendemain, la jauge est à nouveau fiable.

C’est finalement vers 23 heures que Damien rentre chez lui, un peu éreinté mais très heureux de ce voyage et des premières sensations de conduite.

Une passion est née

En seulement six mois, Damien va faire près de 6 000 kilomètres, ce qui n’est pas rien avec une auto plaisir. Il est parti en vacances en famille dans le Pays Basque et a longé la côte Atlantique jusqu’à Noirmoutier, en Vendée. C’est toujours un grand plaisir de sortir celle qu’il a nommé Stewball (en référence à la chanson de Hugues Aufray, l’histoire du petit cheval blanc) pour des balades le weekend. 

Comme s’il n’avait pas suffisamment d’excuses pour sortir la belle, Damien a adhéré à un club d’anciennes vers chez lui. Cela lui permet de profiter de sorties en groupes pour, notamment, visiter des châteaux et autres lieux sympa, tout en partageant cette nouvelle passion.

Prochains travaux ?

Depuis qu’il a son auto, Damien a déjà fait refaire le radiateur (les faisceaux pour être plus précis) en raison d’un freinage un peu brusque où les roues se sont bloquées et l’hélice du ventilateur est venu s’encastrer dans le radiateur… Aujourd’hui, le blocage des roues est une histoire ancienne mais notre ami continue à réfléchir à un freinage de meilleur qualité (freins à disques à l’avant ?).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *