Julien et son cabriolet ’66

Des fogs lights sont également ajoutés pour sublimer la calandre.

Déceptions et opportunités sont parfois étroitement liées. Certains évènements de la vie nous poussent à faire le point avec nous-même, à revoir nos ambitions et, de temps en temps, ils nous conduisent à nous créer nos propres opportunités. Parfois même, cela peut mettre du temps mais qu’importe, après tout, ce qui compte c’est le résultat obtenu ! C’est le cas de Julien, notamment, qui a vu sa vie basculer lors d’un accident qui l’a poussé à abandonner une de ses passions… pour finalement, quelques années plus tard, en trouver une autre ! Vous l’aurez compris, cette nouvelle passion n’est autre qu’un sublime cabriolet ’66…

 

Un passage dans la Bible Belt pour ce cabriolet ’66

Cette belle Mustang cabriolet bleu turquoise est assemblée à l’usine de Metuchen (New Jersey, USA), d’où elle sort le 25 mars 1966. Après quelques six-cent miles parcourus, elle est vendue à son premier propriétaire à Charlotte, en Caroline du Nord. La carrosserie arbore alors une couleur Antique Bronze (code P) ainsi qu’un intérieur standard (parchemin froissé et vinyle rosé). Ce modèle convertible dispose du moteur V8 289ci 2V et d’une transmission automatique C4.

En 1999, elle a de nouveau traversé plusieurs états pour se retrouver au Texas. Elle rencontre deux propriétaires dans l’État de l’étoile solitaire. D’ailleurs, l’un des deux propriétaires Texans note méticuleusement le nombre de gallons par plein et le coût associé sur un petit carnet…

Le propriétaire précédent l’achat de Julien réalise une restauration complète du cabriolet. Le moteur subit une réfection ainsi qu’une préparation, la carrosserie est réparée et repeinte et l’intérieur est rafraichit pour s’assortir à la couleur de la carrosserie.

En juin 2015, la société française Spirit Of Le Mans, située dans la ville du célèbre circuit, importe l’auto sur notre Vieux Continent. Julien en sera le premier propriétaire français…

Après la Harley, la Mustang

Un accident qui change la donne…

Effectivement, Julien est passionné depuis tout petit par les Harley Davidson, les Mustang et bien évidemment les États-Unis. Ça ne vous rappelle pas un célèbre chanteur belge ? Même si Julien n’est pas reconnu pour ses talents de chanteur, il roule en Harley Davidson plusieurs années durant. Malheureusement, en juin 2013, Julien subit un grave accident. S’il s’en sort, notre ami Cannois conserve des séquelles à la jambe gauche. Il pose donc le casque et met sa passion de côté…

… mais des opportunités qui se créent

En juin 2015, deux ans après son accident, Julien s’autorise à reprendre un véhicule passion. Évidemment, il s’oriente rapidement vers une voiture mythique, une légende… Bref, vous l’aurez compris : une Mustang ! Comme il le dit, les nombreux films et feuilletons télévisées américains n’y sont pas pour rien.

Un cabriolet sinon rien

Julien a des critères spécifiques. Il veut absolument un cabriolet avec un V8 et une boîte à vitesses automatique. Ces éléments en main, il commence à cibler ses recherches et découvre plusieurs véhicules…

Et même un cabriolet ’66 !

Alors qu’il épluche les petites annonces, Julien tombe sur une Mustang bleu turquoise avec un intérieur assorti et une boîte auto. C’est le coup de coeur ! Julien l’a vu, Julien la veut ! La raison le pousse tout de même à questionner les membres du Forum Mustang sur l’annonce. C’est finalement le 13 juillet, soit seulement un mois après avoir sérieusement commencé les recherches, que la Mustang se retrouve dans son garage.

 

Premiers tours de roues

Julien habitant à Cannes, c’est son père qui réalise initialement un essai du véhicule. Satisfait, il en informe son fils qui se rend le 13 juillet au garage pour effectuer l’achat. Alors qu’il la voit pour la première fois, Julien est sous le charme ! Il réalise tout de même un essai pour confirmer son achat et les papiers sont remplis.

Pour l’anecdote, la femme de Julien et leur fille l’accompagnent. Au moment où elles voient la Mustang, elles affirment toutes les deux que « si c’était une femme elle s’appellerait Pénélope ! ». C’est ainsi que le cabriolet obtient le nom de « Blue Pene ».

Cent-cinquante kilomètres séparent la concession automobile de la maison du père de Julien. C’est tout naturellement par les routes de campagne que notre ami, cheveux aux vents, se rend chez lui. Du plaisir à l’état pur. Une sensation de liberté et un rêve de gosse qui se réalise !

Quelques modifications plus tard…

Deux ans en sa possession, et Blue Pene s’est vue gagner quelques améliorations.

En effet, Julien opte pour des freins à disques avec assistance à l’avant et change les plaquettes par des plus performantes, installe une direction assistée électrique, un nouveau Klaxon et des feux anti-brouillards sur la calandre avant. Il remplace également les phares avant par des neufs, plus puissants et choisi des feux arrières à LED avec des clignotants en mode séquentiels. Un kit « power brake conversion » (un mastervac plus important que celui d’origine et une pédale de frein modifiée) est installé pour améliorer encore le freinage.

Au niveau de la suspension, les quatre amortisseurs sont changés ainsi que les lames arrières, les ressorts avants, les roulements arrières et les roulements du pont.

L’étanchéité de la transmission est également refaite et une vidange est réalisée chaque année. Les trois poulies (pompe à eau, vilebrequin et alternateur) sont changées après la casse de la poulie de pompe à eau, en 2016 alors que Julien rentre chez lui après les Classic Days. Les durites de radiateur sont neuves également.

 

… on pense déjà à la suite !

Notre ami songe à remplacer les jantes actuelles de 14″ par des 15″ et chausser ainsi des pneus légèrement plus larges.

D’ici quelques années, Julien envisage de refaire tous les planchers et les cheminées de la Mustang pour la fiabiliser au maximum. Également, il prévoit de faire réparer la carrosserie à quelques endroits ainsi qu’une peinture complète pour la rendre irréprochable.

Si les projets de la Mustang sont incertains pour le moment, une chose est sûre : il n’envisage pas de la vendre !

Une transmission automatique envoie les ordres au V8 289ci

Le Rallye Père-Fils

Lié à son père par la passion des belles mécaniques, Julien a participé à l’édition 2016 du Rallye Père-Fils organisé par Happy Few Racing. Cet évènement est l’occasion pour se retrouver entre père et fils sur les routes françaises. Julien et son père participeront d’ailleurs de nouveau avec Blue Pene au rallye pour l’édition 2017, en septembre prochain.

Par ailleurs, Julien est désormais un habitué des Classic Days. Nous l’avions d’ailleurs rencontré durant les éditione 2016 et 2017 avec Pénélope. Pour plus d’informations sur cet événements, n’hésitez pas à lire notre article « Les dix ans des Classic Days. »

Des stickers sont ajoutés sur les portières à l'occasion du rallye Père-Fils

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *