Kelly et son fastback ’66

Depuis que j’ai attaqué la restauration de mon coupé, je n’ai qu’une idée en tête : une fois de nouveau sur la route et fiabilisée comme il se doit, je partirai faire des road-trips avec ma Mustang ! L’idée semble intéressante malgré un coût sans cesse croissant de l’essence (du moins ici en France) et une consommation qui oscille entre 12 et 16 litres au 100km. 

Il y a quelques mois, alors que je parcourais les pages Internet à la recherche de mustangers originaux, je tombais sur le blog “A map and a Mustang” de Kelly H. En plus d’être très bien écrit, il trace les aventures de la jeune femme qui conduit son fastback à travers les USA. 

L’école est finie…

Au printemps 2010, Kelly termine ses études en sciences (géologie et biologie marine). Elle passe des journées (un peu trop) tranquilles et décide qu’il est temps de se trouver un nouvel hobbie. Un loisir qui lui permettra non seulement de travailler avec ses mains mais aussi d’être quelque chose d’utile. C’est ainsi qu’elle prend la décision de se lancer dans la mécanique automobile ! Elle commence à entrer les mots suivants dans son moteur de recherche favori : “best looking classic cars”. Une série de Mustangs anciennes apparaissent à l’écran. Elle devient alors rapidement accro à la marque au cheval galopant.

Durant plusieurs mois, Kelly recherche la “bonne” Mustang avec l’intuition qu’elle saura quelle est la bonne quand elle la verra… Et elle avait totalement raison !! En effet, après de nombreuses pages parcourues sur les petites annonces en ligne, c’est en septembre sur Craigslist qu’elle tombe sous le charme de celle qui deviendra bientôt son passe-temps.

Un fastback 66 !

La description mentionne que le vendeur de ce fastback ‘66 muni d’un V8 289ci et d’une transmission Top Loader 4 vitesses est à seulement quinze minutes de chez elle. Kelly entraîne alors son père avec elle pour inspecter l’auto. Dès qu’elle la voit garée dans l’allée du propriétaire, la jeune femme n’a qu’une idée en tête : repartir avec ! Pour elle, c’est la voiture parfaite. En plus, elle se conduit très bien et ne semble pas avoir de problème important. La transaction s’effectue rapidement !

Un historique peu fiable

Malheureusement toutefois, Kelly ne possède pas l’historique de sa voiture avant 2003. Elle sait simplement que son fastback était sorti d’usine avec un 6 cylindres en ligne, une boîte automatique et sûrement pas d’accessoires spécifiques. Le dernier propriétaire avant elle n’avait pas pris soin d’initier les recherches concernant le passé du fastback. Notre amie américaine est donc obligée d’estimer les travaux qui ont été réalisées en fonction de l’état des pièces et des reproductions montées sur la voiture. De temps en temps, elle a la chance de trouver une étiquette avec un prix et une date sur une pièce de rechange. Par exemple, elle sait que la suspension de sa Mustang a été remplacée pour la dernière fois en 1982.

Selon elle, la voiture appartenait probablement à une vieille dame durant plusieurs années avant de passer entre les mains d’un hot rodder au début des années 80. C’est sans doute à ce moment-là que Calamity Jane (c’est le nom qu’a donné Kelly à sa Mustang) a hérité d’un V8 289ci, d’une boîte 4 vitesses Top Loader et d’un pont 9”.

En avant pour le restomod !

Dès son acquisition, Kelly se met au travail et décide d’en faire une Mustang au style “restomod” avec une chose en tête : cette voiture doit être fiable et sécuritaire puisqu’elle deviendra son “daily driver” (véhicule de tous les jours) malgré le bon état général de la voiture. Elle apprend ainsi à mieux la connaître.

Elle installe des freins à disques assistés à la place des freins à tambour sans assistance d’origine (mais reviendra plus tard aux freins sans assistance). La jeune femme remplace également la direction par une crémaillère, ajoute la climatisation, améliore l’alternateur en version 95A 3G et installe un système à injection (pour remplacer le carburateur). La suspension est également revue et améliorée à l’aide de pièces GT, des roller spring perches et des jointed strut rods. Les phares arrières, feux de recul et clignotants sont désormais à LED. Les phares à halogène avant sont améliorés aussi. Des ceintures trois points sont installées, les sièges d’origine sont retirés pour laisser place à des sièges de Mustang 1993, une console réalisée sur mesure vient s’insérer entre eux et des jauges personnalisés viennent sur le tableau de bord avec un autoradio aftermarket. La plupart des modifications sont discrètes pour éviter un décalage avec le côté voiture de collection mais permettent un meilleur confort de conduite et viennent fiabiliser la voiture. 

Tous les week-end de trois années sont utilisés pour réaliser Calamity Jane !

Longue restauration, courte détente…

Trois jours après la fin de la restauration, un conducteur distrait lui rentre dedans avec une vitesse 60 kilomètres/heures au-dessus de la sienne (Kelly ralentissait pour prendre un virage, le conducteur derrière elle ne s’en est pas rendu compte). Résultat : l’arrière de Jane est totalement détruit. Huit mois seront nécessaires pour la remettre en état. La moitié arrière de la voiture est retirée et remplacée par celui d’une autre voiture. Kelly finit par la ramener sur la route en avril 2014, juste à temps pour le cinquantième anniversaire de la Mustang à Charlotte, North Carolina.

Après l’événement, la jeune femme décide de partir dans un road trip qui durera 54 jours pour réaliser 10 051 miles (16 176 km) à travers les USA. C’est sa récompense ! Depuis, elle a déjà réalisé plus de 45 000 miles (72 000 kilomètres) avec Jane.

Quelques péripéties

Kelly a de nombreuses anecdotes à raconter à propos de Calamity Jane. Par exemple, un jour où elle se rendant chez NPD (National Part Depot), l’auto s’est mise à klaxonner sans raison après que la jeune femme ait effectuée le virage pour entrer sur le parking où de nombreuses Mustang étaient garées. Dès qu’elle parvient à la faire taire, Kelly fut accueillit par un homme qui lui a alors lancé : “Salut, tu dois être Kelly, et ça, ce doit être Calamity Jane !” (sa réputation l’a vraisemblablement précédée).

Également, et comme l’expérience l’a prouvé à de multiples reprises, Jane connaît exactement la localisation de son foyer : elle parvient à chaque fois à rester en un seul morceau jusqu’à arriver à la maison. En effet, à chacun des road trips que Kelly a effectuée, la voiture se comporte normalement tout du long jusqu’à ce qu’elle entre dans son allée… Et là, quelque chose casse systématiquement ! Elle a ainsi perdu de cette manière une pompe à essence, un distributeur, un servofrein, et même le moteur ! La jeune Américaine se considère chanceuse de ne pas avoir à s’inquiéter durant ses longues escapades mais, du coup, ne veut jamais rentrer à la maison !

Le début d’une longue histoire

Kelly en est convaincu : elle conservera Jane tout au long de sa vie ! Elle s’est engagée beaucoup trop dans ce projet pour qu’il n’en soit autrement. Elle sait très bien qu’elle fera à nouveau des road-trips (sans doute à de multiples reprises d’ailleurs) pour découvrir davantage l’Amérique. Elle ne pense pas changer encore beaucoup de choses sur son auto qu’elle considère désormais comme parfaite. Elle envisage donc un futur constitué de maintenance et de nombreuses aventures à son volant.

Voici la liste des road trips effectués par Kelly :

  • 2014 – 54 jours et 10 051 miles
  • 2015 – Du Colorado à la Californie (Fabulous Fords Forever)
  • 2016 – Du Texas à la Californie (Hot August Nights)
  • 2017 – Une grande boucle tout autour de la moitié Ouest de l’Amérique du Nord
  • 2018 – Road Trip dans le Sud Ouest des États-Unis

Pour plus d’informations, vous pouvez visiter son blog : http://mapandamustang.blogspot.com/

Vous aimerez aussi...

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *